Respecter la valeur du temps

Respecter la valeur du temps pour créer des produits d’exception

Pour assurer la pérennité de ses activités, les femmes et les hommes de Rémy Cointreau s’adaptent aux conditions climatiques et aux ressources en eau des territoires sur lesquels sont élaborés des produits d’exception. Le temps, pour eux, crée de l’étonnement et engendre de la fierté. Il oblige à la plus grande exigence sur la mesure et la diminution de l’impact environnemental de ses activités et contribue à éveiller les consciences à l’importance de la transmission.

Les enjeux RSE de Rémy Cointreau s’articulent autour de 10 objectifs de développement durable (ODD) définis par l’ONU

Etre acteurs de la lutte contre le réchauffement climatique avec l’accord mondial sur le climat

Depuis 2015, Rémy Cointreau lutte contre le réchauffement climatique, en mettant en œuvre diverses actions après la signature de l’accord de Paris sur le climat (COP21).
Rappeler la nécessité d’un changement de cap a paru nécessaire pour engager véritablement une diminution drastique des émissions de gaz à effet de serre et la grande nécessité d’agir face à l’urgence climatique. Aux côtés de 88 entreprises françaises, et en lien avec le One Planet Summit lancé par l’Etat français, Rémy Cointreau a tenu à rappeler ainsi combien l’action climatique est vitale pour l’agriculture mondiale et pour les terroirs dans lesquels les marques du groupe puisent leur vérité.
Depuis, Rémy Cointreau a repensé considérablement sa politique RSE en matière de lutte contre le réchauffement climatique en réduisant les émissions de CO2 sur les transports de produits finis et pour qu’elle coïncide avec les objectifs établis par cet accord mondial limitant à 2°C le réchauffement climatique mondial. L’ensemble des partenaires et fournisseurs s’engagent dans cette dynamique.

Agir pour diminuer l’impact environnemental de nos activités et viser la neutralité carbone

La maîtrise des émissions des gaz à effet de serre (GES) est l’une des orientations prioritaires du plan 2024 de Rémy Cointreau.

Depuis 2006, Rémy Cointreau mesurait ses émissions Carbone à l’aide du référentiel Bilan Carbone®. Pour la première fois cette année, le référentiel utilisé est le GHG Protocol, afin d’harmoniser les réponses avec les enquêtes internationales, telles que le Climate Change du Carbon Disclosure Project (CDP). Cette année, le scope 3 du bilan Carbone est étendu à l’ensemble de l’activité de production de Rémy Cointreau. De façon identique à l’année dernière, il comprend les activités de production des sites de Cognac, d’Angers et de la Barbade, les impacts amont et aval des transports des produits dans le monde entier.
Il intègre pour la première fois les activités des sites de production d’Islay, de Westland, du Domaine des Hautes Glaces et le transport des produits en Australie.

Le bilan carbone du groupe évolue pour s’inscrire dans une démarche particulièrement ambitieuse qui à terme vise la neutralité carbone.

Les études menées sur les sites pour évaluer le potentiel d’intégration des énergies vertes dans les processus de production ont permis la signature de contrats pour l’achat d’énergies renouvelables. Depuis 2016, la totalité des consommations d’électricité par les sites français du groupe (hors Domaine des Hautes Glaces) est d’origine renouvelable (énergie issue d’une production hydraulique). Concernant Le Domaine des Hautes Glaces, 94% de la consommation d’énergie totale est d’origine renouvelable (chauffage au bois des alambics).

En 2019, un premier site s’est lancé dans la production d’énergie photovoltaïque. Le site de la Barbade a installé des panneaux solaires, qui dès les prochaines semaines couvriront 25% de la consommation totale d’électricité du site de conditionnement.

En 2020, la préparation du plan RSE 2024 intégrera la création d’un plan de réduction des émissions CO2 scope 3 dès la prochaine année en lien avec l’initiative mondiale SBT (Science Based Targets).
La volonté de Rémy Cointreau est d’inscrire ce plan RSE 2024 dans une trajectoire 2°C en définissant des objectifs chiffrés de réduction des émissions Carbone et être ainsi acteur de l’enjeu mondial visant à limiter le réchauffement climatique.

Préserver les ressources en eau

L’ambition de Rémy Cointreau est de rester leader d’une agriculture économiquement compétitive, tout en demeurant intransigeant sur la qualité de ses produits et la préservation de l’environnement. Dans ce cadre, Rémy Cointreau se doit de participer à la protection des terroirs et les ressources naturelles qui sont à la base de la qualité de ses produits.

Parmi ces ressources naturelles, l’eau est un enjeu majeur pour le groupe, notamment au niveau de sa disponibilité pour les activités de distillation sur les sites de la Barbade, d’Islay, des Domaines Rémy Martin et du Domaine des Hautes Glaces, et de sa qualité pour l’élaboration des produits du groupe.

Il en est de même pour les effluents rejetés. Rémy Cointreau est impliqué dans la préservation des terroirs et la préservation de leur biodiversité. Il est donc essentiel de limiter les effluents et de veiller à leur traitement avant rejet dans le milieu naturel.

Depuis 4 ans, Rémy Cointreau répond aux demandes de reporting du CDP Water. En ligne avec ce reporting, le groupe améliore ses objectifs de protection des ressources en eau. Les premières étapes en cours d’achèvement ont été de fiabiliser les mesures de consommation sur l’ensemble des sites de production. L’objectif a été atteint cette année et dès l’année prochaine, l’accent sera mis sur la validation d’objectifs de réduction et d’optimisation des consommations d’eau dans le cadre du plan RSE 2024.

Une attention toute particulière est portée aux traitements des effluents liquides des sites de production. La majeure partie de ces effluents liquides est constituée de vinasses de distillation. Depuis plusieurs années, le volume des effluents est suivi et des analyses de
DBO/DCO sont régulièrement effectuées avant et après traitement, avant le rejet dans le milieu naturel.

Des programmes de valorisation des effluents sont mis en œuvre. Par exemple, près de Cognac, Rémy Martin a inauguré une nouvelle distillerie à Juillac-le-Coq qui fonctionne en circuit fermé et limite le rejet d’effluents. Les vinasses récupérées à l’issue de la distillation des eaux-de-vie sont collectées et transmises à l’unité régionale REVICO qui les transforment en biogaz. Cette énergie verte permet ensuite de fournir en énergie diverses installations (colonnes à distiller de REVICO, serres de la ville de Cognac).

Retour au menu